Saint-Eloy-Les-Mines > Accueil > Histoire

Histoire

Située dans la vallée de la Bouble qui s'élargit en vaste bassin, vestige sans doute d'un lac de piémont, SAINT-ELOY, cité industrielle de 4417 habitants (au recensement de 1999), étire en une longue procession désordonnée ses maisons le long de la route Départementale D2144, ancienne voie romaine qui partait d'AUGUSTONEMETUM (Clermont-Ferrand) pour aboutir à AVARICUM (Bourges).

Saint Eloy les Mines
Saint Eloy Les Mines
Cités Côtes Buvat et Ferrandon

Vue de St Eloy (des Vendes)

Notre ville n'a pas l'ordonnance classique des localités déjà anciennes groupées à l'ombre du clocher ou au pied du château féodal. Non, elle déborde partout, laisse avec une ingrate désinvolture se morfondre celle qui lui a donné son nom : LE BOURG. SAINT-ELOY s'étale avec un sans-gêne charmant le long des routes latérales en pittoresques et gracieux faubourgs qui tiennent encore à leur individualité : La Vernade, Les Rinchauds, Les Bayons. La ville monte avec hardiesse vers le soleil, vers la lumière, en petites cités qui émaillent de leurs masses roses et blanches les collines verdoyantes.

Histoire de la cité

La ville nouvelle n'en a pas ou presque pas. Son histoire se confond avec celle des Mines, avec celle du développement économique et des chemins de fer de la fin du XIXè siècle et de la première partie du XXème.

Réserve Vieux BourgMais c'est le VIEUX-BOURG qui, en dépit de sa mélancolique réserve, nous confie en même temps que le secret de sa naissance, les quelques faits dont il a été témoin et dont il se souvient encore...

Une charmante légende enveloppe son berceau : Saint-Ménélée et ses compagnons après de longues marches et de dures privations arrivèrent dans le pays des Arvernes. Ils furent arrêtés par les eaux grossies d'un ruisseau (La Bouble) et durent attendre avant de reprendre leur marche : une aubépine qui fleurit spontanément les abrita.

C'est à la même place que plusieurs années après (vers 690), en souvenir d'une si aimable hospitalité, Ménélée bâtissait une chapelle. Plus tard, fut édifiée l'église romane qui, après bien des transformations, des réparations, est devenue celle que nous contemplons tous les jours, qui élève son massif clocher derrière un rideau de sveltes peupliers.


Eglise_Vieux_BourgDans le choeur de l'Église se trouve un vitrail représentant Saint-Eloy et portant l'inscription suivante : « Il a mis son talent au service de Dieu, et son zèle à propager la foi. Saint-Eloy, priez pour nous ».




La fête patronale de Saint-Eloy est fêtée le 25 juin (à la Saint-Prosper). Actuellement, il n'y a plus que de très rares messes célébrées dans la vieille Église : le dimanche de Pentecôte pour les exposants de la Foire aux Vins et Saveurs du Terroir, par exemple. Une messe a également été célébrée à l'occasion de l'inauguration des fresques restaurées, en juillet 2016. C'est donc un nouveau visage que nous offre cette magnifique Église.







Fresque_vieux_bourg_1 Fresque_vieux_bourg_3

Fresque_vieux_bourg_5 Fresque_vieux_bourg_6

Fresque_vieux_bourg_2 Fresque_vieux_bourg_7 Fresque_vieux_bourg_8




C'est en 1136 que l'évêque de CLERMONT mit cette paroisse sous la dépendance de l'Abbaye de MENAT dont elle partagea le sort jusqu'à la Révolution.

Citons les événements importants qui ont marqué l'histoire de notre Ville :

  • 569 - 570 : Épidémie de peste
  • 712 : Occupation de la région par les Sarrasins
  • 1136 : Érection en prieuré de l'Église de St Hilaire
  • 1357 : Invasion des Anglais après la défaite de Poitiers
  • 1533 : Le 8 septembre à 11 heures, le connétable de Bourbon en fuite vers Herment passe à Saint-Eloy
    1570 : Nouvelle épidémie de peste
  • 1631 : La peste s'étend sur toute l'Auvergne (emploi du vinaigre Quatre-Voleurs)
  • 1709 : Misère à la fin du règne de Louis XIV. Pillage du prieuré de Saint-Eloy et de l'abbaye de Menat
  • 1792 : Vente des biens nationaux dépendant de l'abbaye de Menat et des seigneuries d'alentour. Beaucoup de domaines de Saint-Eloy et des environs ont été constitués à cette époque
  • 1793 : Fabrication d'armes par les artisans de la région avec le charbon de Saint-Eloy. Détérioration de l'église et pillage
  • 1837 : Ordonnance royale accordant la première concession pour l'exploitation du charbon de Saint-Eloy
  • 1868 : Ligne de chemin de fer de Lapeyrouse à Saint-Eloy
  • 1890 : Ligne de chemin de fer de Saint-Eloy à Saint-Gervais
  • 1911 : Ligne de chemin de fer par le viaduc des Fades de Saint-Eloy à Clermont-Ferrand
  • 1946 : Nationalisation des Houillères, fusion des deux mines sous une direction unique
  • 1979 : Fermeture de la Mine

La continuité et la solidarité des générations ont permis, avec l'aide des Mines, que l'humble bourgade perdue à l'orée des Combrailles reste pendant longtemps la septième ville du département.

 D'après André BLANCART

EgliseAutrefois appelé SANCTUS-ELEGIUS ou SAINT-HILAIRE, SAINT-ELOY doit son nom au célèbre ministre de DAGOBERT. Les habitants sont les Eloysiens. SAINT-ELOY gardera son nom pendant la Révolution.

Au lendemain de la Première Guerre Mondiale, une nouvelle Église, plus vaste et plus centrale fut édifiée.

A l'intérieur de l'Église Sainte Jeanne D'Arc, sous la nef,
au-dessus du portail d'entrée, se trouve un écusson représentant une crosse épiscopale entourée des lettres S.E.

Les peintures de cette Église, de même que celles de l'Église du Vieux-Bourg, ont été réalisées par le peintre Henri LANDAIS (école italienne), en 1946/1950, et des artisans peintres de la région (M. JAMBRUN entre autres).

Déjà en 1695, près du VIEUX-BOURG, on avait découvert et exploité un filon argentifère (minerai de plomb et d'argent). C'est à partir de cette époque que SAINT-HILAIRE-DE-MONTAIGUT devint SAINT-ELOY-LES-MINES.

En 1793, le charbon de SAINT-ELOY trouva son premier emploi industriel, les artisans de la région s'en servirent pour fabriquer des armes.

Il fallut attendre 1837 pour qu'une ordonnance royale accorde la première concession pour l'exploitation du charbon de
SAINT-ELOY. Les Mines de SAINT-ELOY, nationalisées en 1946, et après avoir connu des records de production dans les années 50, ont fermé définitivement en 1979 pour cause d'épuisement du gisement.

Depuis 1971, SAINT-ELOY-LES-MINES est en pleine reconversion avec la diversification de son tissu industriel (laine de roche, fonderies de fonte, d'aluminium, moulages en plastique, etc...) et le développement du tourisme (centre de loisirs, camping, plan d'eau...).

 
Agenda
 <<  < Juin 2017 >   >>
DLMMJVS
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728
29
30

Plan d'eau

Cité des Nigonnes

Eglise